EconomieUne

Avec des parcs industriels modernes : Le foncier locatif, une solution pour le secteur de la distribution

Avec des parcs industriels modernes : Le foncier locatif, une solution pour  le secteur de la distribution

Proposer une offre de foncier plus adaptée aux besoins des entreprises, notamment les PME.

C’est l’approche adoptée par la Chambre française de commerce et d’industrie (CFCIM) et le ministère de l’industrie qui ont mis en place un foncier locatif évitant l’immobilisation des capitaux et permettant aux entreprises d’investir dans la partie productive (par exemple : équipements, machines, stocks) afin d’être plus compétitifs. En termes de gouvernance, une formule a été pensée pour assurer la gestion au niveau de ces zones.

Ainsi, une entreprise se charge en syndic privé des facilités offertes sur place (comme l’éclairage ou encore la maintenance) aux entreprises installées. A cela s’ajoute l’accompagnement dans les démarches administratives depuis la phase d’autorisation jusqu’à la phase d’exploitation. L’ensemble des projets développés dans ce cadre ont été présentés lors d’un webinaire organisé par Tijara et la CFCIM, le 2 février 2022 sous le thème «Les avantages du foncier locatif comme solution contributive au développement des entreprises du secteur de la distribution».

Le Parc de Bouskoura, un modèle dupliqué dans d’autres villes

La solution du foncier locatif a été réalisée en projet pilote initialement au parc industriel de Bouskoura pour un investissement de plus de 84 MDH avec la capacité d’accueillir près d’une centaine d’entreprises et la création d’environ 6.000 emplois directs. Inauguré en 2004, ce parc s’étale sur une superficie de 28 ha et offre des lots de 500 à 7.000 mètres carrés. «Le parc de Bouskoura est aujourd’hui un projet opérationnel dans lequel exercent des entreprises diverses et variées. Le secteur du commerce et de la distribution fait partie des secteurs que nous ciblons, notamment les PME», affirme Mounir Benyahya, directeur des parcs industriels de la CFCIM. Le modèle de gouvernance qui a été retenu sur ce site est un modèle public-privé partagé entre l’État, la CFCIM et des actionnaires institutionnels qui ont apporté le soutien financier à l’opération. Une structure ad hoc a été chargée d’aménager le parc pour le commercialiser et le gérer dans le temps. Pour la société de gestion (Sogepib), elle a été créée avec l’appui de trois types d’actionnaires, à savoir des organismes publics (la Commune de Bouskoura, la Caisse de dépôt et de gestion et la CDG développement), les compagnies d’assurances (Saham Assurance, RMA et Atlanta Sanad) et les banques (Société Générale, Crédit du Maroc et BMCI Groupe BNP Paribas).

Au niveau de ce parc, les lots commercialisés représentent 100% de sa surface totale au bout de trois ans de son lancement.
Il a atteint un taux de valorisation de 100%, «ce qui est une exception à l’échelle nationale», indique Mounir Benyahya. On notera également que 45% des entreprises accueillies au parc industriel de Bouskoura sont des capitaux étrangers dont 30% sont des entreprises françaises. Le modèle du parc industriel de Bouskoura a été dupliqué dans d’autres régions donnant ainsi naissance au Parc de Ouled Saleh, se situant à une distance de moins de 3 km de celui de Bouskoura. Le Parc de Ouled Saleh s’étale sur une superficie de 32 ha. Il a été lancé en juin 2010. «En quelques mois, le parc a été commercialisé à 100%», relève le directeur des parcs de CFCIM ajoutant que ce parc a pour particularité d’avoir développé des bâtiments (hangars, plateaux de bureaux, parking) prêts à l’emploi. Par la suite, le parc de Settat a été conçu à une quarantaine de kilomètres de la ville de Casablanca. Il a atteint une vingtaine d’hectares avec une capacité d’accueil de 85 entreprises. Actuellement, il est commercialisé à 77%. L’offre sur ce parc propose un loyer de terrains de 5 DH par mètre carré/mois et un loyer des bâtiments à partir de 40 DH par mètre carré/mois.

Ecoparc de Berrechid, un projet phare basé sur le développement durable

L’aspect environnemental et social détient une place de choix au sein de l’Ecoparc de Berrechid. C’est ce que relève le directeur des parcs industriels de la CFCIM : «On est sélectifs par rapport aux activités qui y sont exercées. Il a été aménagé pour offrir aux industries propres un nouveau cadre de travail qui soit favorable à la croissance de leurs entreprises mais aussi à l’épanouissement de leurs salariés».
Ce parc est établi sur un espace de 61 ha, une capacité d’accueil de 192 entreprises, près de 7.000 emplois directs et 3.000 emplois indirects. Le total investissement pour ce site dépasse les 2 MMDH. Cette plateforme se situe à 5 km de Berrechid. Pour améliorer l’accessibilité à cette zone et alléger le flux, 9 km de route ont été réaménagés. Parmi les palettes de services offerts sur le site, une plateforme industrielle des déchets a été prévue pour récupérer et valoriser les déchets.

A Laayoune, Fès-Saiss, Bir Guendouz, El Guerguerat… les projets d’accompagnement se multiplient

La CFCIM accompagne aussi les régions dans le cadre de leur plan de développement pour la conception de nouveaux parcs industriels. C’est le cas pour le nouveau parc industriel Lmarssa à Laayoune, résultat du partenariat signé lors du forum Maroc-France en 2018 qui s’est déroulé à Laayoune. Ce parc est d’une capacité de 150 entreprises. Il s’étale sur une superficie de 74 ha. A Fès-Saiss, un nouvel Ecoparc est en cours d’étude suite à la signature avec la région d’une convention de partenariat en mai 2021.

Il est prévu que cet Ecoparc abrite 130 entreprises. Un peu plus dans le sud, un parc industriel à Tamansourt à Marrakech (40 ha) est en cours d’étude. Ce projet vient suite à une convention-cadre signée entre la CFCIM et le Conseil régional de Marrakech-Safi. Du côté de Dakhla, deux nouvelles plateformes sont prévues sur une superficie de 30 ha chacune et une capacité de 150 entreprises. Il s’agit des parcs industriels et logistiques de Bir Guendouz et d’El Guerguerat. A ce stade, les études architecturales et techniques ont été réalisées et les travaux de réalisation vont démarrer incessamment.

 

 

Source link المصدر

زر الذهاب إلى الأعلى