EconomieflashFocusUne

AFD : 7,6 milliards d’euros mobilisés et plus de 150 projets financés

AFD : 7,6 milliards d’euros mobilisés et plus de 150 projets financés

Le Maroc premier partenaire de l’Agence dans le monde

Le partenariat a pris de nouvelles dimensions», détaille Mme Le Gal qui évoque par l’occasion la loi française relative au développement.

«Au Maroc, 7 milliards d’euros ont été financés». Le montant est précisé, lundi à Rabat, par l’ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal, lors de la célébration des 30 ans d’existence de l’Agence française de développement (AFD) au Maroc. Un événement destiné également à dresser, pour la diplomate, un bilan du partenariat entre cette structure et le Royaume jusqu’à l’année 2021.

Un partenariat basé sur de nouvelles dimensions

«Le partenariat a pris de nouvelles dimensions», détaille Mme Le Gal qui évoque par l’occasion la loi française relative au développement solidaire et qui porte également sur la santé, la formation et l’égalité des genres. A propos de l’AFD, l’ambassadrice précise qu’elle apporte également des «solutions non financières». Aussi, l’agence s’est adjoint, tel que l’intervenante le précise, des filiales comme Proparco. A son tour, l’agence Expertise France est, comme le révèle l’oratrice, de la partie «depuis janvier 2022». Au-delà de ces filiales, l’AFD est devenue, à son sens, «plus agile, partenariale et innovante». En termes de perspectives, la responsable annonce que «d’autres projets sont en cours». Dans ce sens, elle donne l’exemple du BHNS (bus à haut niveau de service), la formation des jeunes diplômés, l’accès à l’eau dans la zone d’Errachidia, la coopération en matière de réforme de la protection sociale et la budgétisation sensible au genre entre autres. Et ce n’est pas tout ! Le partenariat entre l’AFD et le Maroc prendra, tel qu’elle l’indique, «de nouvelles orientations pour 2022-2026 en s’alignant au nouveau modèle de développement».

85% du portefeuille pour le climat

De son côté, le directeur de l’AFD au Maroc, Mihoub Mezouaghi, détaille les chiffres de la coopération entre cette structure et le pays. «85% du portefeuille de l’AFD est destiné au climat», avance-t-il en rappelant l’intégration de l’économie africaine. Il s’exprime également sur les projets signés portant notamment sur le Fonds d’équipement communal. «Un montant de 200 millions d’euros permettra de contribuer aux fonds des collectivités locales, notamment les communes les plus fragiles», explicite-t-il. A son tour, il évoque le BHNS d’Agadir dont la convention est signée depuis 3 mois. «30 millions d’euros sont destinés à l’expertise et assistance technique», poursuit-il entre-temps.

Cela étant, l’agence ne manque pas d’accompagner le Royaume dans sa transition vers un modèle de développement plus inclusif et sobre en carbone. Entre 2017 et 2021, elle a dépassé les objectifs fixés, et atteint 2,2 milliards d’euros d’engagements, en hausse de 74% par rapport à la période précédente (2012-2016). A fin 2021, l’accompagnement de l’AFD a aussi permis l’insertion professionnelle de 95% des jeunes formés au sein des Instituts en gestion déléguée et l’économie d’1 million de tonnes d’émissions carbone, la mise en service du tramway à Rabat et Casablanca pour 1 million d’usagers entre autres. Dans la même année, l’activité de l’AFD a atteint 610 millions d’euros d’engagement. En outre elle accompagne la stratégie nationale «Forêts du Maroc 2020-2030». En tout, l’AFD a financé 150 projets depuis 2010. Après toutes ces années dans le Royaume, l’AFD qui, selon M. Mezouaghi, envisage de changer prochainement de nom, ne semble pas vouloir s’arrêter à ce niveau-là. Visiblement, le meilleur reste à venir.

(function(d, s, id){ var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) {return;} js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));

Source link المصدر

زر الذهاب إلى الأعلى