Uncategorized

En-Nesyri, un Lion de l’Atlas ménagé par le Maroc

Vahid Halilhodzic et le Maroc ont tout fait pour amener leur leader d’attaque Youssef En-Nesyri, de retour de blessure, au meilleur de sa forme pour le “money time” de la CAN, dès mardi en 8e contre le Malawi, à Yaoundé.

Reprise progressive pour En-Nesyri. Absent au premier match contre le Ghana (1-0), le buteur du Séville FC est entré pour les 25 dernières minutes contre les Comores (2-0), le temps de rater un penalty, mais a joué le match entier contre le Gabon (2-2).

“Youssef n’avait pas joué depuis trois, quatre mois, mais j’étais un peu obligé de le voir, c’est notre attaquant vedette”, développe Vahid Halilhodzic pour justifier son choix de ne pas l’avoir remplacé au cours de Maroc-Gabon.

Et “quand il a raté un penalty, je ne pouvais rien lui reprocher, il se bat”, ajoute coach Vahid, “persuadé qu’il va retrouver son meilleur niveau”.

En ayant fait tourner son effectif d’un match à l’autre, le Bosnien estime qu’il est “gagnant sur beaucoup de plans, je tire beaucoup d’informations, je ménage des joueurs fatigués ou menacés d’un deuxième carton et j’implique tout le groupe”.

Contre le Ghana, Halilhodzic était même privé de ses trois titulaires en attaque, entre blessures et Covid, En-Nesyri, Rayan Mmaee et Ayoub El Kaabi.

“Je sais de quoi il est capable” 
“On n’avait pas d’attaquant mais on a monté un bon schéma tactique, ça montre aussi la force du groupe du Maroc”, rappelle le gardien Yassine Bounou, dit Bono à Séville, où il côtoie En-Nesyri.

“Youssef revient de blessure, chaque jour il s’améliore”, poursuit le portier, décrivant son coéquipier comme “un joueur plus mature, très important dans l’espace, dans la surface et dans son travail défensif.”

“En-Nesyri, je sais de quoi il est capable, reprend Vahid, mais il n’avait pas joué depuis longtemps.”

Le natif de Fès a connu un début de saison miné par les blessures. Il a commencé en trombe avec Seville, mais fin septembre, le grand avant-centre (1,89 m) a souffert d’une blessure musculaire aux ischios-jambiers de la jambe gauche lors du match contre l’Espanyol Barcelone, et a rechuté face à Lille en Ligue des champions, début novembre.

Mais En-Nesyri a réussi à se soigner à temps pour disputer la CAN. Après avoir disputé vingt minutes contre le Barça en Liga, le 21 décembre, il a rejoint sa sélection dans les temps.

Meilleur buteur du Séville FC la saison passée avec 24 buts (18 en Liga et 6 en Ligue des champions), En-Nesyri a manqué à Julen Lopetegui en cette première moitié de saison, malgré le bon rendement de  son suppléant Rafa Mir.

Déjà buteur contre le Malawi 
Brillant avec Leganés depuis 2018, il avait rejoint Séville en janvier 2020.

Au Maroc, il est une star. Le gamin du MAS de Fès est passé par l’Académie Mohammed VI de 14 à 18 ans, sous l’autorité de Nasser Larguet, devenu depuis le patron de la formation de l’Olympique de Marseille.

Puis il a rejoint l’Espagne, Malaga 2015-2016), Leganés (2018-2020) et Séville, où il a remporté la Ligue Europa 2020.

Avec le Maroc, il a marqué des buts importants, comme celui contre l’Espagne (2-2) à la Coupe du monde, même si la qualification en 8e a échappé aux “Lions de l’Atlas”.

A la CAN, il a marqué contre le Bénin en 8e de finale en 2019, mais a ensuite manqué un tir au but décisif (1-1, 4-1 aux t.a.b.)…

Mais le Malawi lui réussit, En-Nesyri a signé un doublé en septembre 2018 (3-0) en qualifications pour la CAN-2019. Des “Flammes” pour parachever sa convalescence?

Source link المصدر

زر الذهاب إلى الأعلى